Artdz.Info

Le Portail des Arts et des Artistes Algériens

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Arezki Metref: Entretien avec Marie-Joëlle Rupp

Envoyer

«Voir vivre, parler, écouter, sentir, recevoir et transmettre des émotions. J’ai toujours été tenté par ces noces entre mes deux activités, le journalisme et la littérature. » A. Metref

- Marie-Joëlle Rupp : Dans quelles circonstances avez-vous été amené à entreprendre cette démarche d'écriture?

- Arezki Metref : Il s’agit de deux séries de reportages pour Le Soir d’Algérie. J’avais envie, en accord avec la direction du journal qui a vite compris l’intérêt de cette démarche, d’aller humer l’air du temps dans une région où depuis un moment cet air était saturé par les gaz lacrymogènes, les fumées d’incendies, etc. A cette époque, disons de 2002 à 2005, intervalle dans lequel a été conçu et réalisé ce travail, la Kabylie était marquée par le mouvement.

Lire la suite...
 

Des épidermes de censeur sérieusement échauffés: Kamel Daoud, Le Minotaure 504, nouvelles, Sabine Wespieser Editeur, 2011

Envoyer

Quatre nouvelles époustouflantes. Ecrites d’une plume parfois trempée dans la bile la plus noire, parfois portée par le lyrisme, d’autres fois réjouissante d’ironie pleine de santé et mordante. Des nouvelles ou plutôt des récits en forme d’allégorie ou de mythe où la satire politique est transparente. Il y aura des épidermes de censeur sérieusement échauffés, si tant est que la censure existe, comme chacun sait.

Quatre figures semblent inspirer particulièrement Kamel Daoud : celle de l’oppression machiste, patriarcale par l’homme de pouvoir et celle de la libération, par l’effort, dans l’aventure et le rêve. Elles s’opposent deux à deux, l’une entravant ou détruisant l’autre, alternativement. La déraison les habite parfois l’une et l’autre, ne laissant guère de place à une voie moyenne, comme si la démesure était le lot de ces héros, l’ambition et l’élan dopés et démultipliés par un interdit secret ou provocateur, une censure cachée ou à la domination insolente.

Lire la suite...
 

L'énigme du désert sous la mer: Malika Mokeddem, La désirante, Grasset, 2011

Envoyer

De tradition le Languedoc a vécu le dos tourné vers la mer, entre ses coteaux à vignobles ou dans sa grande plaine, abrité derrière sa flèche de sables venus du Rhône, laissant à la Provence ou à la Catalogne la blessure des ports par où entrent les grands fléaux de la peste ou le tourment déraisonnable de l’ailleurs, celui qui emporte Marius loin de Fanny. Avec Malika Mokeddem, la fille du Sahara, le Languedoc où elle est fixée, s’ouvre à la Méditerranée, à l’autre rive inquiétante, celle des sarrazins d’hier ou des immigrés d’aujourd’hui.

Avec La désirante, l’écrivaine nous offre un roman qui débute dans le drame avant que le sourire n’apparaisse à travers les larmes. Venue du Sahara, tombée amoureuse d’un navigateur comme il en a fleuri en France depuis l’essor des voiliers de plaisance ou d’errance sur les mers, solitaires ou à deux, sa petite orpheline immigrée vit le drame, devenu banal, d’une disparition en mer .

Lire la suite...
 

EINLADUNG ZUR INTERRELIGIÖSEN TRAUERFEIER IN ERINNERUNG AN HAMID SKIF ( 21.3.1951 Oran - 18.3.2011 Hamburg)

Envoyer

Samstag, den 16.4.2011, 17h00
Ev.- Luth. Hauptkirche
St. Trinitatis Altona
Kirchenstr. 40
22767 Hamburg
Anfahrt mit öffentlichen Verkehrsmitteln:
S-Bahn: S1/S3 Königstrasse oder Reeperbahn
Bus: 112 Fischmarkt, 283 Blücherstraße,
36/37 Reeperbahn
Im Anschluss an die Trauerfeier besteht die Möglichkeit
der Begegnung und des Austauschs im Gemeindesaal.
Um Antwort wird gebeten, möglichst per E-mail:
Dr. Ursula Günther: 040/3893557, Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Lire la suite...
 


Page 3 sur 40

Coup de coeur

Voir le blog de la poètesse Renia Aouadene

Le portail des arts et des artistes algériens
est réalisé par Mébarek Mouzaoui
Optimisé par Joomla! - GNU/GPL